Disponible dès maintenant en pré-commande : l'intégrale des œuvres de Ludwig van Beethoven
éditée à l'occasion du 250e anniversaire du compositeur
Accédez au site de l'ABF - Association Beethoven France et Francophonie
Biographie Bibliographie Oeuvres Généalogie Lieux Galeries Amours Timbres, pièces et cartes Cds Achat - Magasinage Suite Vide
Selection...

MenuLudwig van Beethoven : lieder...Menu

   
Sous-menu sélectionné...  
Catalogues des oeuvres Présentations et analyses Hymne européen : Ode à la Joie Ecouter les oeuvres de Beethoven au format midi
Real Audio

Midi Symphonies Midi Concertos Midi Sonates pour piano Midi Sonates pour violon et piano Midi Sonates pour violoncelle et piano Midi Quatuors Midi Musique de Chambre Midi Leonore Fidelio
Midi Messes Ouvertures Midi Variations piano Midi Lieder Midi Autres oeuvres Esquisses Biamonti Oeuvres sans catalogue Midi Transcriptions Traité d'Harmonie et de Composition de Beethoven
    opus          
    woo          
    sélection :sélection :hess          

Trait Écouter quelques Lieder de Ludwig van Beethoven

A ce jour, ce site www.LvBeethoven.fr vous propose 928 fichiers midi et 389 fichiers mp3des œuvres de Ludwig van Beethoven.

En ce qui concerne les fichiers Midi, ce sont des musiques au son électronique, qui sont créés - on dit "séquencés" - par des musiciens qui en deviennent propriétaires. Ce n'est donc pas un son issu d'un orchestre, mais le résultat est souvent surprenant. A vous de les écouter... N'hésitez pas à consulter notre rubrique "Quelques précisions sur les fichiers midi".

Retour au menu...
Trait Œuvres pour la voix - Hess
Hess 133
(WoO 158)
0'27"
Das liebe Katzchen Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess 134
(WoO 158)
1823
0'21"

Der Knabe auf dem Berge
chant pour voix avec piano.

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess 151
1792-1793
0'58"

Traute Henriette, ébauche d'une chanson pour voix et piano, 1792-1793, publiée à Vienne par Adolf Erler, Osterreichische Musikzeitschrift, 1949, dossiers 1 et 2, puis en édition critique avec citation d'autres ébauches préparatoires par Willy Hess dans le cinquième dossier du Supplemente zur G.A. 1962.

Le manuscrit original est conservé dans le Stadtbibliothek de Vienne (catalogue numéro 383, de la "Beethoven-Zentenar-Austellung der Stadt Wien, 1927").

Texte d'auteur inconnu.

Traute Henriette, holdeste brunette,
hast du Lieb fur mich?
Heit're mein Gemute,
sanft'ge mein Geblute!
Madchen, liebe mich,
liebe mich!

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess 229
1802-1803

Languisco e moro per te, mio ben, ch'adoro, chant pour deux voix

Ebauche mélodique pour soprano et instruments et pour soprano et tenor avec l'annotation : "Languisco e moro, per te, mio ben, ch' adoro" (avec un bref passage sans séparation de mesures, intermédiaire), Wielhowsky page 89, lignes 1-6 (Fish) page 96 ; L. Nohl, B.L.u.W, page 99 ; Hess, catalogue 229, mesures 18/15.
Fin 1802, début 1803.

1) Hess 229, pour soprano et tenor

Disponible au format midi Midi 0'47"
Disponible au format mp3 mp3 (739 Ko)
Midi et mp3 créés par Fiorella e Armando Orlandi

2) Biamonti 350, esquisses

Disponible au format midi Midi 0'56"
Disponible au format mp3 mp3 (878 Ko)
Midi et mp3 créés par Fiorella e Armando Orlandi

3) Hess 229 pour instruments et pianoforte

Disponible au format midi Midi 1'14"
Disponible au format mp3 mp3 (1 158 Ko)
Midi et mp3 créés par Fiorella e Armando Orlandi
Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess 231
0'29"

Sei il Mio Ben, chanson italienne.
L'autographe de la chanson italienne est Artaria 166 page 45.
La chanson a été découverte de Willy Hess et publié par lui en fac-semblable dans le Neue Winterthurer Tagblatt du 16-7-1955, puis dans son catalogue, pages 64-65 et, finalement, dans le 1er livre des Supplemente zur G.A.,1959.

Le texte en italien :
Sei il mio ben,
sei mio conforto,
per te porto al cor catene,
perte pene di Amor mi dà.
Per te calma e pace spero,
col pensiero a te m' aggiro:
Né sospiro altra beltà,
né sospiro altra beltà.

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess 328
0'21"
Canon à deux voix. Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess A 57
1'55"

Dona nobis pacem
chant fugué à 4 voix, en do majeur.

Disponible au format mp3 mp3 (3 533 Ko)
Mp3 créé par Jos van der Zanden

Une œuvre de Beethoven inconnue : « Dona nobis pacem », Hess A57
Est-ce possible qu’il existe encore des œuvres inconnues de Beethoven ? Est-ce possible en cette année 2009 ? N’a-t-on pas déjà examiné, analysé, commenté et exécuté chaque note de ce grand homme ? Existe-t-il encore de la musique de Beethoven qui puisse être présentée comme une « première mondiale » ? Impossible ! Quoi que, il y a quelques années, en Angleterre, une composition de quatuor de cordes, jusqu’alors inconnue, a été retrouvée. Dans les cahiers d’esquisses de Beethoven, on découvre encore des trésors…
Le « Dona nobis pacem » n’est pas une découverte et ne provient pas des cahiers d’esquisses. Comment est-t-il alors possible que cette petite merveille pour chorale n’aie jamais été enregistrée, ni même chantée ? La réponse est très simple : bien que l’œuvre soit connue depuis très longtemps, elle n’a jamais été considérée comme une pièce sérieuse. Or, depuis peu, on a confirmation que cette œuvre est une œuvre authentique de Beethoven, digne d’avoir un numéro de catalogue et digne d’une place dans le « Gesamtausgabe ».
L’œuvre a été imprimée pour la première fois en 1832, quelques années après le décès de Beethoven. Ignaz von Seyfried, ami de Beethoven, est l’auteur de ce livre. Mais l’auteur manquait de rigueur : dans son livre, on trouve des exemples d’exercices soit disant authentiques de Beethoven, mais qui étaient en fait des copies d’œuvres d’autres compositeurs. Certes, certains manuscrits étaient de la main de Beethoven, mais c’était des exercices pour lui ou pour ses élèves, basés sur des œuvres d’autres compositeurs. Plusieurs de ces exercices ne sont pas des œuvres authentiques de Beethoven.
Mais jamais il n’a été possible de démontrer que le « Dona nobis pacem » n’était pas authentique. Cependant, il était dans le même livre de Ignaz von Seyfried, et personne ne se doutait qu’il puisse être une œuvre authentique ! C’est pour cette raison que cette œuvre a été oubliée et n’a pas trouvé sa place parmi la liste des œuvres officielles.
Même dans le catalogue de Kinsky-Halm (1955), elle n’a pas reçu de numéro, ni même été cataloguée comme une des «  œuvres d’origine douteux ». Mais heureusement, on peut la trouver dans le catalogue annexe de Willy Hess (1957), sous le numéro A 57 (A= « zweifelhafte und untergeschobene Werke).
Et, tout d’un coup, le miracle se produit ! Dans une bibliothèque, à Stockholm, le manuscrit est retrouvé, un original de Beethoven qui prouve que c’est bel et bien Beethoven qui a travaillé sur cette œuvre à quatre voix, pleine de fantaisie mais en même temps bien stricte dans le domaine des lois du contrepoint. Plus de doute possible : l’œuvre était bien authentique ! Mais de quelle période ? Grâce aux suggestions faites pour l’amélioration de l’œuvre émises par l’un des maîtres de Beethoven, Georg Albrechtsberger, qui lui donnait des cours en 1794 -1795, l’œuvre peut être datée de cette période. C’est donc une œuvre d’un jeune Beethoven, qui n’est à Vienne que depuis un an et qui s’instruit à l’art de la polyphonie.
Pendant des années, la découverte de cette œuvre a été couverte d’un voile mystérieux. Stockholm ne voulait pas diffuser d’informations. Mais sous la pression des chercheurs sur Beethoven, c’est enfin chose faite ! Le monde de la musique dispose maintenant d’une partition fiable. Et, enfin, des chorales peuvent chérir cette petite pièce de Beethoven.

Jos van der Zanden

Traduction de Lieve Ottoy
ABF - Association Beethoven France et Francophonie
www.Beethoven-France.org

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess A 59
2'13"

As I was wandering (alors que je flânais), chanson populaire pour voix, piano, violon et violoncelle en ré majeur.

HESS (Ahang) 59 - Thayer, page 109 numéro 289. Publié pour la première fois comme œuvre de Beethoven par Thomson, 1841, dans le second volume des Chansons Écossaises ; également comme œuvre de Haydn avec le texte "Non Henry I must not" en 1817 (au sein des Chansons galloises) puis en 1822. Cette œuvre est probablement une composition de Haydn (Haydn Hoboken XXXIa: 124 The Wee wee man).

Texte de "The wee wee man" :

As I was awaiking all alone,
Between a water and a wa’;
And there i spy’d a wee wee man,
And he was the east that e’er I saw.
His legs were scarce a shathmont’s length,
And thick and thimber were his thighs,
Between his brows there was a span,
And between his shoulders there were three.

The took up a meikle stane,
And ho flang’t as far as I could see,
Though I had been a Wallace wight
I coudna lifien ‘ t to my knee;
O wee wee man, but thou be strong,
O tell me where thy dwelling be?
My dwelling’s down at yon bonnie bower,
O will you go with me and see?

On we lap and awa we rade,
Till we came to yon bonnie green;
We lighted down for to bait our horse,
And out there came a lady fine.
Four and twenty at her back,
And they were a’ clad out in green:
Tho’ the King of Scotland had been there,
The warst o’ them might ha’ been his queen.

On we lap and awa we rade,
till we came to yon bonnie ha’,
Where the roof was o’ the beaten goud,
And the floor was o’ the crystal a’.
When we came to the stair foot,
Ladies were dancing jimp and sma’;
But in the twinkling of an eye,
My wee wee man was clean awa’.

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess A 60
0'33"

Vierstimmiger Kanon - Canon à 4 voix, en do majeur.

Publié dans les Études de Seyfried, numéros 4 (page 333), 5 (page 335) et 6 (page 336). Il se trouve entre des études de Beethoven datant de 1809 (XC, I, pages 194 et suivantes) ; nous ne savons pas, dit le Hess, si ces œuvres sont originales ou copiées.

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess A 61
0'22"

Ahnliches Beispiel.

Publié dans les Études de Seyfried, numéros 4 (page 333), 5 (page 335) et 6 (page 336). Il se trouve entre des études de Beethoven datant de 1809 (XC, I, pages 194 et suivantes) ; nous ne savons pas, dit le Hess, si ces œuvres sont originales ou copiées.

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Hess A 62
0'10"

Canon chromatique.

Publié dans les Études de Seyfried, numéros 4 (page 333), 5 (page 335) et 6 (page 336). Il se trouve entre des études de Beethoven datant de 1809 (XC, I, pages 194 et suivantes) ; nous ne savons pas, dit le Hess, si ces œuvres sont originales ou copiées.

Séquencé par
Fiorella e Armando Orlandi
Retour au menu...
Trait Les créateurs des fichiers midi
  • Fiorella e Armando Orlandi
    sont des correspondants sympathiques et assidus, mais surtout des créateurs de fichiers midi de talents. Merci beaucoup à eux de me confier leurs très nombreuses créations et de veiller continuellement à compléter les œuvres qui me font défaut !
    Ils sont particulièrement attachés aux œuvres mal connues et aux Lieder de Beethoven. Mille mercis.

Retour au menu...
Retour au menu...Ludwig van Beethoven en Français : retour au menu principal...Retour au menu...
Copyright Dépôt
Le site de Ludwig van Beethoven en Français - http://www.LvBeethoven.fr
Forum Recherche Plan du site Contact Nouveautés Accueil Infos site © Dominique PREVOT