Accédez au site de l'ABF - Association Beethoven France et Francophonie

Vide Suite Films École Votre Beethoven Curiosités Liens Plan Contact Recherche Vide Association Beethoven France
Selection...

MenuLudwig van Beethoven : cinéma...Menu

Sous-menu sélectionné...      
Films Dessins animés Théâtre Stage

Un Grand Amour de Beethoven
Le Neveu de Beethoven
Ludwig van B. Eroïca Beethoven habite à l'étage Copying Beethoven
Une âme immortelle La dixième symphonie Moonlight Sonata Fidelio - Pierre Jourdan Beethoven - 1927 Ludwig van de Mauricio Kagel Autres films
  Selection          

Titre... "La dixième symphonie", d'Abel Gance

Merci à Michel Rouch de m'avoir signalé l'existence de LA DIXIÈME SYMPHONIE, film muet réalisé par Albel Gance en 1918 qui revendique une filiation à Ludwig van Beethoven. Le film peut être visionné ici.

Mes remerciement également à Jean-Francois HOUBEN pour son résumé du film :

Une jeune femme riche et orpheline (Emmy LYNN), harcelée par un aventurier dépravé (Jean TOULOUT) et par sa sœur, tue cette dernière. L'aventurier exerce sur elle un abominable chantage. Un an plus tard, la jeune femme épouse un célèbre compositeur admirateur de Beethoven (Séverin MARS). L'aventurier courtise perfidement la jeune fille (Elizabeth NIZAN) née d'un premier mariage du compositeur. Le compositeur, découvrant les relations sordides ayant existé par le passé entre son épouse et l'aventurier, crée, à l'occasion des fiançailles de sa fille, une symphonie pour exprimer sa douleur. Le compositeur définit ainsi le thème de sa Dixième Symphonie : "Aux genoux de son maître Beethoven , un musicien désespéré par une trahison de femme essaie d'oublier et d'idéaliser sa tristesse".

Le scénario extraordinairement mélodramatique a donné l'occasion au cinéaste Abel GANCE, "auteur metteur en scène" plus qu'ambitieux, de traduire des sentiments humains, passionnés et même exacerbés, par une succession de séquences construites comme des fulgurances poétiques (toutes les scènes sont plastiquement admirables, souvent très inventives, et portées à leur incandescence tragique par une musique tumultueuse).

On ne peut qu'être envoûté par le lyrisme puissant de cette œuvre - qualifiée par certains critiques de "grandiloquente" parce que certaines trouvailles visuelles lors de la séquence de l'exécution de la dixième symphonie leur semblent "pompières" voire "ridicules".

Droits réservés : Jean-Francois HOUBEN

Retour au menu...
Retour au menu...Ludwig van Beethoven en Français : retour au menu principal...Retour au menu...
Copyright Dépôt
Le site de Ludwig van Beethoven en Français - http://www.LvBeethoven.fr
Forum Recherche Plan du site Contact Nouveautés Accueil Infos site © Dominique PREVOT