Accédez au site de l'ABF - Association Beethoven France et Francophonie
Biographie Bibliographie Oeuvres Généalogie Lieux Galeries Amours Timbres, pièces et cartes Cds Achat - Magasinage Suite Vide
Selection...

MenuLudwig van Beethoven : quelques commentaires...Menu

Sous-menu sélectionné...
Lettres Belles Réflexions

Trait Quelques questions de dates, de lieux et de forme

Préalable : on considère qu'il existe trois lettres, bien que le tout est appelé 'La Lettre à l'Immortelle Bien-Aimée'. Pour être plus exact, Beethoven écrivait à 'L'immortelle Aimée' et non 'Bien-Aimée'.

Première question : de quand date la lettre ?
Cette lettre de Beethoven est datée du lundi 6 juillet. Les années possibles sont donc : 1795, 1801, 1807, 1812 ou 1818. Auparavant, il n'habite pas Vienne, alors qu'il le précise ce lieu d'habitation dans la lettre. Après 1818, il aura la charge de son neveu Karl, ce qui rend peu probable une telle lettre.
Lors de sa découverte, Schindler la date de 1806. Puis, 20 ans plus tard, il la redate en 1803. Diverses autres propositions seront faites, entre 1801 et 1807.
Mais il existe deux contraintes : le 6 juillet doit être un lundi, et l'emploi du temps de Beethoven doit lui permettre d'être hors de Vienne à cette date pour l'année envisagée.
En 1795, 1801 et 1807, les biographes connaissent les déplacements et les activités du compositeur. Il n'était pas en cure dans cette ville d'eau. Par contre, sa présence à Teplitz est avérée en 1812, notamment par son nom inscrit sur la liste des curistes le 7 juillet, le temps de se loger, et par la rencontre entre Beethoven et Goethe, largement attestée.
En 1909, W. A. Thomas San Galli sera le premier à dater la date de 1812. C'est la date acceptée par l'ensemble des chercheurs à ce jour.

Deuxième question : d'où est-elle écrite ?
Une fois la date posée, la réponse au lieu est aisée : Beethoven fait une cure à Teplitz (Teplice - environ 80 kilomètres au nord-ouest de Prague). D'ailleurs, il y rencontrera Goethe quelques jours plus tard.

Troisième question : de quelles villes parle-t-il dans les lettres ?
Deux villes sont citées : W. et K.
La première est facile : "... ma vie à W. maintenant est une vie misérable...". Il s'agit de Vienne (en allemand, l'initiale est un W. pour Wien), et personne n'y trouve à redire.
La seconde est plus difficile. Quelle est cette ville K., citée lorsque Beethoven explique : "... les seuls jours où la poste part d'ici pour K...". Il semble clair pour les érudits que K. est la ville où se trouve l'Immortelle Bien-Aimée. Nombreux sont ceux qui proposent donc la ville de Karlsbad (Plus de 120 kilomètres à l'ouest de Prague, et à une centaine de kilomètres de Teplitz). Mais d'autres voix proposent d'autres lieux, notamment Klosterneuburg, une petite ville à environ 10 kilomètres au nord de Vienne.

Quatrième question : que déduire du tutoiement ?
Dans ces lettres, Beethoven tutoie sa bien-aimée. Ce qui chagrine nombre de biographes, car pratiquement aucune des prétendantes au rôle d'immortelle bien-aimée n'était tutoyée par Beethoven. Alors la question est : utilise-t-on aujourd'hui le tutoiement comme il y a deux cents ans ?

Teplitz ou Teplice
La ville de Teplitz, ou Teplice

Retour au menu...
Trait L'Immortelle inconnue : quelques réflexions personnelles

Qui est cette immortelle bien-aimée ? Qui Beethoven a-t-il aimé si passionnément ? Voici une question qui a fait couler beaucoup d'encre. Et cela continue de nos jours : articles et livres sont publiés sur le sujet... On peut être certain que rien n'arrêtera les recherches d'érudits sur le sujet. Il est assez étonnant de voir le nombre de réflexions et de spéculations que cette lettre a engendrées. Les candidates sont nombreuses, en tout cas beaucoup trop pour un seul homme.

Il est également curieux de voir que les partisans de telle ou de telle autre jeune dame sont assez clairement divisés en deux clans : les Anglais et les Etasuniens (plutôt en faveur d'Antonie Brentano) et les Allemands, Français et autres Européens (plutôt en faveur de Joséphine von Brunswick).

Mais, d'un autre côté, si un jour le mystère devait être résolu par une preuve irréfutable, est-ce que notre appréciation de l'œuvre de Beethoven et de l'homme s'en trouverait changée ? Probablement pas.

A cet égard, les questions soulevées par certains chercheurs me laissent rêveur :
- a-t-il connu une ou plusieurs femmes, ou n'en a-t-il connu aucune ?
- aurait-il fauté avec une femme mariée, voire la femme d'un bon ami, ou est-il l'homme vertueux que certains croient voir en lui ?
- un enfant ne serait-il pas né de cette union, et n'y aurait-il pas, quelque part, des descendants du grand Beethoven et qui l'ignorent ?

Par ailleurs, j'ai toujours été intrigué par le fait que cette lettre fut en possession de Beethoven. N'a-t-elle jamais été expédiée ? Mais, dans ce cas, pourquoi ? Lui a-t-elle été retournée ? Et pourquoi l'a-t-il gardée ? Une des meilleures réponses que j'ai lue à ce jour est que sa Bien-Aimée est arrivée à Teplitz dans les jours qui suivaient. Et, de ce fait, Beethoven ne l'a pas envoyée.

Ludwig van Beethoven restera célibataire toute sa vie, ce qui ne veut pas dire qu'il ne connut pas de femmes, contrairement à une idée promut par certains de ses grands biographes pudibonds.

Beethoven n'a pas fini de nous étonner, de nous surprendre et de nous enchanter ! Et l'Immortelle Inconnue peut être sereine : son secret est bien gardé...

© Dominique PREVOT
Retour au menu...

Retour au menu...Ludwig van Beethoven en Français : retour au menu principal...Retour au menu...

Copyright Dépôt
Le site de Ludwig van Beethoven en Français - http://www.LvBeethoven.fr
Forum Recherche Plan du site Contact Nouveautés Accueil Infos site © Dominique PREVOT