Disponible dès maintenant en pré-commande : l'intégrale des œuvres de Ludwig van Beethoven
éditée à l'occasion du 250e anniversaire du compositeur
Accédez au site de l'ABF - Association Beethoven France et Francophonie
Biographie Bibliographie Oeuvres Généalogie Lieux Galeries Amours Timbres, pièces et cartes Cds Achat - Magasinage Suite Vide
Selection...

MenuLudwig Van Beethoven : arbre généalogique...Menu


      Sous-menu sélectionné...
Arbre généalogique de Ludwig van Beethoven... Descendance des Beethoven jusqu'aux Prévot... Descendance des Beethoven... L'énigme Minona

Titre L'énigme Minona Stackelberg (1813-1897)

Les Brunswick et Beethoven

Les Brunswik appartenaient à une vieille famille hongroise et ils résidaient à Martonvàsar. Le Comte Anton II Brunswik eut quatre enfants : Maria Theresia (Thérèse) née le 27 juillet 1775, Franz de Paula, né le 25 septembre 1777, Maria Josepha Aloysia (Joséphine) née le 28 mars 1779 et Caroline (Charlotte) née le 25 mars 1782.

Pendant un bref séjour à Vienne, en mai 1799, Thérèse et Joséphine connurent Beethoven et devinrent ses élèves puis de bonnes amies du compositeur. Joséphine épousa le 27 juin de cette même année, sans aucun enthousiasme, le quinquagénaire comte Joseph Deym. Les bons rapports que Beethoven avait avec les deux soeurs continuèrent et ils se rencontrèrent avec la même fréquence, soit à Vienne, soit lors des séjours hongrois à Martonvàsar, Ofen ou Korompa.

Pendant les années qui suivirent, Beethoven se rapprocha et s'attacha plus particulièrement à Joséphine Brunswik. Il est à noter que son mariage se termina brusquement avec la mort de son mari, en janvier 1804.

Un groupe de lettres, écrites environ de 1804 et jusqu'à 1807, furent découvertes et publiées par le Docteur Schmidt Gorg (Beethovenhaus, 1957). Elles nous révèlent la passion qui se concrétisa même avec un espoir de mariage. En voyant l'excentricité du prétendant, la famille de Joséphine, craignant que la jeune femme ne consentît, opposèrent des raisons pratiques redoutables : la garde des quatre fils de Joséphine, les affaires compliqués de la succession Deym, problème qui durera encore de nombreuses années... La situation financière difficile de Beethoven, son état de santé, son excentricité et, peut-être aussi, quelques idées préconçues de cette noble famille firent capoter cette union.

En 1808, Joséphine se maria à nouveau, avec le baron Christoph Stackelberg, originaire d' Estoine. Ce mariage ne sera pas plus heureux que le premier.

Minona Minona, fille de Joséphine

Selon une hypothèse exposée et soutenue dans les années cinquante, (Kaznelson, "Beethovens ferne and unsterbliche Geliebte", Zurich, Standard Buch Verlag - 1954), les rapports entre Beethoven et Joséphine se seraient poursuivis après son second mariage et auraient eu un épilogue intime à Prague en juillet 1812 ; la lettre connue "à l' immortelle bien-aimée", pourrait être considérée comme étant écrite pour Joséphine. En dernière analyse la paternité légitime de la dernière fille de Joséphine, Minona, née Stackelberg le 9 avril 1813 est en question.

En effet, le baron Christoph Stackelberg est en Estonie depuis 1810 où il demeure avec une autre femme. Il rendra visite à Joséphine deux fois seulement, en Janvrier et en octobre 1812. On peut donc déduire aisément que Minona n'était pas la fille de Stackelberg.

L'hypothèse n'est pas pure conjecture, bien qu'elle n'ait pas trouvé crédit. Si aucun fait déterminant permet d'afficher une certitude, le contraire est vrai également : rien ne dément cette possibilité. Les descendants de la famille Brunswik, aujourd'hui résidents en Hongrie, ont toujours nié l'éventuelle relation entre le musicien et la fille illégitime de Joséphine.

Joséphine aura trois autres fils et mourra à Vienne, pratiquement abandonnée par son mari, le 31 mars 1821. Dans la dernière période de sa vie la police s'intéressa aux relations amoureuses fréquentes de Joséphine, comme la soeur Thérèse le reportera dans son journal.

La vie de Minona, sa fille illégitime dont le nom à l'envers se lit "Anonim", est liée avec celle de sa mère. Au moment de l'accouchement seule Thérèse assiste sa soeur. Grâce aux documents fragmentaires qui ont survécu, nous savons que, à l'âge de dix-huit mois, l'enfant grandissait, et était forte et saine. Cependant, le mauvais génie qui tourmenta cette malheureuse famille fit que les trois fils de Joséphine lui furent soustraits et emmenés en Estonie par le père, après une dénonciation à la police de Vienne. La mère ne les reverra seulement que peu de jours avant sa mort.

Minona et la musique

Il nous reste peu de Minona : quelques musiques, qu'elle publia à Leipzig chez F. H. Kunhel (la partition originale se trouve aux Archives des Amis de la Musique de Vienne). Vous pouvez écouter deux Midis des compositions de Minona en première mondiale exclusive sur notre site ! (voir en bas de page).

Ces musiques ne sont pas différentes des compositions de l'époque. Cependant il est très stimulant de penser que quelques gènes créateurs puissent provenir de son père...

Minona Deux photos (apocryphes) de Minona

Deux photographies sont parvenues jusqu'à nous et sont présentées ici. La première semble remonter aux années 1845-1850. Nous voyons une femme jeune, de taille robuste, avec des yeux pénétrants et une mâchoire volitive, tout à l'opposé du phénotype allemand, mais beaucoup plus semblable à "l'Espagnol", comme Ludwig était surnommé pendant sa jeunesse…

L 'autre est un portrait de fin de vie. Minona a les pommettes hautes, lèvres minces et bouche serrée, avec le regard tourné vers le bas. Sa ressemblance avec son père présumé est angoissante. Aucun portrait vivant de Beethoven n'impressionne plus que cette photographie.

Ceci étant, ces protraits sont tous les deux jugés apocryphes.

Le mystère demeure

La vérité à propos de Minona était connue uniquement par sa mère et par Thérèse. Mais cette femme, qui vécut jusqu'en 1861, et qui dédia sa vie à l'assistance aux enfants pauvres et délaissés, ne fit pas qu'honorer la mémoire de sa pauvre soeur : sur aucune des pages du journal qu'elle rédigea jusqu'à sa mort, elle ne laisse filtrer le moindre doute qui pourrait éclabousser la mémoire de Joséphine.

Minona Stackelberg mourut le 27 février 1897 à Vienne. Son dernier domicile fut Casa Cavriani, Habsburggasse 5. Sa dépouille mortelle repose au cimetière Central de Vienne. Sur sa pierre tombale figure le psaume 103, verset n°16 :

Wenn der Wind darüber geht, so ist sie nimmer da,
und ihre Stätte kennet sie nicht mehr.
Lorsqu'un vent passe sur elle, elle n'est plus,
Et le lieu qu'elle occupait ne la reconnaît plus.

Pour en savoir plus :

Pour connaître plus en détail la vie de la famille Brunswik, ainsi que les rapports entre Beethoven et cette famille, nous vous recommandons :

  • Chris Stadtlaender
    "Ewig unbehaust und verliebt" BEETHOVEN UND DIE FRAUEN.
    Amalthea 2002
    ISBN 3-85002-470-9.

  • Mariam Tenger
    "Beethoven's Unsterbliche Gelibte"
    Bonn Nusser 1890.

  • A. Konei
    "Beethoven in Martonvàsar"
    Budapest 1962.

Œuvres de Minona présentées en première mondiale par Armando Orlandi
1 - Ecossaise 0'57" Séquencée par Fiorella e Armando Orlandi
2 - Ecossaise Allegro 1'36" Séquencée par Fiorella e Armando Orlandi
Retour au menu...
© Armando ORLANDI
Traduction réalisée par Dominique PRÉVOT
Retour au menu...Ludwig van Beethoven en Français : retour au menu principal...Retour au menu...
Copyright Dépôt
Le site de Ludwig van Beethoven en Français - http://www.LvBeethoven.fr
Forum Recherche Plan du site Contact Nouveautés Accueil Infos site © Dominique PREVOT